Vidal

Aujourd’hui, je me prête à un nouveau jeu d’écriture. Toutes les informations chez Jill Bill.

Il s’appelait Vidal et c’était un petit garçon comme les autres. Il se sentait absolument commun : ni grand ni petit, ni gros ni maigre, ni brillant ni cancre…

Chaque matin, il se rendait à l’école de son village, avec son cartable sur le dos. Il empruntait le chemin qui serpentait sous les arbres, passait devant la mairie, puis arrivait à l’école. A l’heure, la plupart du temps. Sauf certains matins où son chemin croisait celui d’un rouge-gorge, d’une belette ou d’un chevreuil. Là, c’était plus fort que lui. Tout d’abord, il s’arrêtait, puis observait avec curiosité et intérêt. Avec toute la discrétion dont il était capable, il posait à terre son cartable jaune. Puis, débarrassé de ce dernier lien, il ne se souvenait plus qu’il était sur le chemin de l’école. Prenant mille précautions, il suivait l’animal repéré. Jamais l’animal ne s’enfuyait, jamais l’animal ne le prenait pour un ennemi ou une menace.

Ainsi a-il suivi un lapin jusqu’à son terrier vendredi matin, alors que ses camarades s’attelaient à une dictée. Il en savait plus que Wikipédia sur le gîte du sanglier ou les portées du renard.

Il s’appelait Vidal et c’était un petit garçon comme les autres, sauf pour les animaux qui, eux, savaient voir son âme dorée.

Voili, voilà.

Je n’ai pas reçu ce que je voulais pour Noël !! (bis)

Il y a quelques jours déjà, j’ai joué à Caliméro…

J’avoue qu’une des choses qui me plaisait sur la machine que j’avais repérée, c’était ses jolis motifs fleuris, son côté très féminin…

Alors que moi, j’avais ça sur mon bureau :

… sans compter que sur la mienne, le plastique a jauni avec le temps…

Aujourd’hui, j’ai pris du temps pour moi et j’ai arrangé ça en personnalisant la machine avec des motifs qui me plaisaient… et que j’ai découpés avec !

Bourgeon créatif craft robo customisé personnalisé1

C’est mieux, non ??? Les fichiers de découpe sont à votre disposition.

Et vues de plus près, la feuille de gauche et celle de droite (coupée pour permettre au capot de s’ouvrir…)

Bourgeon créatif craft robo customisé personnalisé2

Bourgeon créatif craft robo customisé personnalisé3

 

Voili, voilà, je suis très très contente de moi (avec une machine ainsi fleurie, ce serait bien un comble que je ne me jette pas de fleurs !!!)

Mon anniversaire

Dimanche dernier, j’ai fêté mes 36 ans.

Nous sommes allés dans les Centovalli dont vous avez déjà pu voir quelques photos hivernales. Je vous montre encore une photo de nous tous à Locarno, où nous avons mangé dans une pizzeria.

Bourgeon créatif mon anniversaire9

Bourgeon créatif mon anniversaire10

Puis nous sommes rentrés et les filles se sont donné pour faire un spectacle en mon honneur ! Malheureusement, je n’avais pas assez de lumière et j’ai utilisé un temps de pose trop long, donc les photos sont floues…

Bourgeon créatif mon anniversaire8

Bourgeon créatif mon anniversaire7

Bourgeon créatif mon anniversaire6

Bourgeon créatif mon anniversaire4

Bourgeon créatif mon anniversaire5

Bourgeon créatif mon anniversaire3

Ensuite, Cyrill a allumé les bougies. J’aime beaucoup cette photo de lui :

Bourgeon créatif mon anniversaire

Enfin, me voici, soufflant lesdites bougies.

Bourgeon créatif mon anniversaire2

Voili, voilà. Merci à toutes les personnes qui ont eu la gentillesse de m’adresser une carte d’anniversaire, ça me fait toujours très plaisir.

Beurre de pommes

Cet automne, j’ai eu beaucoup de pommes à ma disposition et j’ai cherché de nouvelles recettes à faire avec. J’ai essayé, et définitivement adopté, celle du beurre de pommes. J’ai compulsé plusieurs recettes trouvées sur la toile jusqu’à trouvé celle qui me convenait (assez sucrée mais pas trop, assez fluide mais pas trop…). C’est un délice sur la brioche, sur les crêpes, et du bout des doigts, ou, plus proprement, à la cuiller.

J’ai mis en page la recette pour ma copine Elodie qui l’aimerait depuis que ses lèvres ont rencontré la délicieuse denrée, et je la partage avec vous. Cliquez sur l’image et elle sera assez grande pour être imprimée.

Bourgeon créatif Recette Beurre de pommes

 

Voili, voilà, bon appétit !

Hier encore

En ce moment, j’ai plus des envies d’écriture que de bricolage… Alors je me lance à écrire quelques textes…

Celui-ci est pour un jeu littéraire trouvé sur Mil et Une. Il s’agit d’écrire sur ce sujet :

sujet semaine 4

source >>> clic

Un jour, c’était dans l’autre siècle encore, un jour, je me suis mariée. J’ai atteint mon but par cette union : je voulais qu’on me respecte, je voulais qu’on cesse de me traiter d’arriviste (tout ça parce que mes parents sont milliardaires. Y puis-je quelque chose, moi, si je suis née avec une cuiller d’argent dans la bouche ???). J’ai épousé Louis-Gonzague.

Louis-Gonzague est un homme formidable.
Il est doux (c’est ce que dit sa mère, mais je vous le dis en confidence, c’est simplement un faible qui n’ose lui opposer de résistance).
Il est intelligent (c’est ce que dit son père, mais je vous le dis en confidence, tout ce qu’il sait vient du Petit Larousse).
Il est fort (c’est ce que dit sa sœur Gersande, mais je vous le dis en confidence, n’importe qui pourrait porter cette jeune fille, pas seulement Louis-Gonzague).
Il est sportif (c’est ce que dit son oncle Auguste, mais je vous le dis en confidence, ces deux-là n’ont jamais été au club sportif ensemble, Auguste est plutôt porté sur le sport sur matelas…).
Il est patient (c’est ce que dit son ami André, mais je vous le dis en confidence, il n’a pas l’envergure de ses colères).
Il est honnête (c’est ce que dit son casier judiciaire, mais je vous le dis en confidence, il n’a qu’à prononcer son nom pour que tout le monde cède et que la police ferme les yeux sur ses écarts).
Il est courageux (c’est ce que dit son neveu Alphonse, mais je vous le dis en confidence, il sursaute au moindre bruit).
Il est compréhensif (c’est ce que dit sa cousine Garance, mais je vous le dis en confidence, il n’écoute personne et pense à autre chose quand elle s’épanche auprès de lui).
Il est beau (c’est ce que dit Point-de-Vue Image, mais je vous le dis en confidence, si Photoshop n’existait pas, il faudrait l’inventer rien que pour Louis-Gonzague !).
Il est duc (c’est un fait, et je vous le dis en confidence, c’est la seule chose qui m’intéresse chez lui.).

Me voici donc Duchesse Laure-Alexandrine Vildis de Bellalouette. C’est parfait sur mes cartes de visite ; j’ai abandonné le prénom ridicule d’Odile donné par mes parents, au profit de quelque chose qui me correspond mieux : Laure-Alexandrine. Laure, comme ma grand-mère, et Alexandrine parce que ça me plaisait et que je ne voulais pas être en rade avec un prénom simple alors que lui en avait un composé.

Bref, Louis-Gonzague était noble, et il avait reçu en héritage un immense domaine. Mais il était ruiné.
Moi, je n’avais ni titre, ni terre de mes ancêtres. Mais j’étais richissime.
Nous étions faits pour nous entendre. Rien ne nous liait qu’un contrat de mariage, stipulant, j’avais insisté, pour que MON titre ne puisse m’être ôté si nous en venions à nous séparer. En échange, je m’engageais à lui verser un quart de ma fortune. Un quart… toute ma vie durant, je ne pourrais dépenser la moitié du quart de ce que je possédais. Alors, un peu plus, un peu moins, ce n’était pas une affaire. Sans compter que pendant que je dormais, que je mangeais, que je recevais ou même que je respirais, simplement, les placements juteux effectués par mon défunt père faisait s’accroître mon patrimoine.

Lorsque j’ai épousé Louis-Gonzague, son domaine était à l’abandon. L’étang coquet s’était vidé et comblé, des arbres avaient même poussé en son centre. Les statues avaient été vandalisées par les gamins du village. Le château était une ruine fumante. Un déchetterie avait pris place à l’arrière du bâtiment, vous voyez la fumée qui se dégage de l’incinération sur cette photo ancienne. Avec de l’argent, on peut beaucoup, avec un nom, on impressionne, et quand on a les deux, on fait passer la commune et d’autres instances par où l’on veut. Il n’a pas fallu deux semaines pour que la déchetterie soit déplacée. En deux mois, le terrain avait été préparé, à grand renfort d’équipes de jardiniers qui avaient travaillé jour et nuit sur le chantier. Ils se plaignaient de travailler autant, mais enfin, je payais, alors je ne vois pas pourquoi ils geignaient ainsi. Leur famille, leurs enfants qu’il ne voyaient pas grandir… franchement, quand on reçoit de l’argent en échange, on ne ménage pas sa peine.
Le gazon fut semé, l’étang remis en état, les statues réparées ou remplacées… En quelques mois, les extérieurs étaient de nouveau resplendissants. Il a fallu plus de temps pour remettre en état le château, mais là encore, je ne laissai pas le choix lors des appels d’offre. Peu m’importait le prix. Ce qui m’intéressait était la rapidité d’action.

La fête que j’organisai pour les noces d’or de mes beaux parents ébahit tout le monde. Sauf mes parents qui ne furent pas invités, bien entendu. Imaginez ma honte si, après tout cela, ma mère avait lâché un « Odilette chérie » devant les journalistes de Point-de-Vue Images ?!?!

Hier encore tout n’était que ruine ici. Aujourd’hui, je cherche à détruire toutes les images qui rappellent le passé honteux de ce domaine et de ma famille. Celle-ci est la dernière qui reste. Et je vais la détruire maintenant…

Photo qui brûle

Voili, voilà. Un élément de ma propre vie s’est glissé dans le discours de Laure-Alexandrine. Qui saura le retrouver recevra une carte.

Image d’hiver

 

Quoi de mieux que ce thème de saison ! Je me demande comment fait Yo chez qui ce n’est vraiment pas l’hiver en ce moment, je vais aller guigner dès que je vous aurais posté cet article.

Pour ma part, quelques photos de notre virée dans les Centovalli. Ne me demandez pas de quels villages il s’agit, parce que je ne sais plus, j’ai photographié à travers la vitre du train.

Bourgeon-créatif-semaine-3-hiver4

 

Bourgeon-créatif-semaine-3-hiver8

 

Bourgeon-créatif-semaine-3-hiver6

Bourgeon-créatif-semaine-3-hiver5

Bourgeon-créatif-semaine-3-hiver3

Bourgeon-créatif-semaine-3-hiver2

Ma préférée, que je vais proposer à Carole et ses bottes rouges :

Bourgeon-créatif-semaine-3-hiver7

Et l’activité des filles durant ce beau périple. Je ne leur jette pas la pierre, nous avons tous dormi à un moment ou à un autre !!

Bourgeon-créatif-semaine-3-hiver1

Deux nouvelles cartes de naissance

Voilà deux nouvelles cartes, toujours coupées à la craft-robo, associée aux perforatrices de bordure.

Elles ne sont pas encore parties, il faut que je fasse un petit paquet pour aller avec…

Les fichiers sont à votre disposition !

Bourgeon créatif carte naissance2

Bourgeon créatif carte naissance4

 

Voili, voilà.

Rayures

 

Certains de mes amis sont de drôles de zèbres, mais pas un n’a assez de rayures pour que je vous livre sa bobine sur ce thème hebdomadaire.

La première chose qui m’est venue à l’esprit, c’est cette chemise de Cyrill qui me donnait le mal de mer quand je devais la repasser. Maintenant que c’est le tablier de Capucine pour les travaux manuels, je ne la repasse plus, alors ça va bien mieux !

Bourgeon-créatif-semaine-2-rayures-1

Au hasard de mes balades par là autour, j’ai cueilli deux cailloux rayés.

Bourgeon-créatif-semaine-2-rayures-2

Bourgeon-créatif-semaine-2-rayures-4

 

J’ai aussi fait le tour des habits de mes filles et, parmi les multiples choses rayées, j’ai sélectionné ce pull de Capucine.

Bourgeon créatif semaine 2 rayures 6

 

Un cadeau envoyé par RunScrap, lui aussi rayé, pour le moins l’emballage.

 

Bourgeon créatif semaine 2 rayures 7

 

Et pour finir, voilà la photo que j’ai sélectionnée. Une petite carte à gagner pour celui ou celle qui saura reconnaître ce que c’est et à quoi ça sert.

Bourgeon-créatif-semaine-2-rayures-5

 

Voili, voilà.

Festival Lausanne Lumières 2014

Nous voilà déjà dimanche. Je vous présente aujourd’hui une série de photos prises à Lausanne lors du Festival Lumières en décembre dernier. Nous y sommes allés en famille le 20 décembre, en sortant d’un superbe spectacle, La légende du quatrième roi mage.

Tout d’abord, les énormes Boules à neige disco, visibles à la gare.

01Boules-à-neige-disco1_Gare-CFF_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

01Boules-à-neige-disco2_Gare-CFF_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Ensuite, on monte le Petit-Chêne… Vous étiez déjà venus avec moi dans cette rue… Oui, c’est une rue très raide, mais c’est bon pour la santé de monter à pied. On y trouve des Funambules. J’ai pris les deux premières photos un matin en allant travailler, la troisième lors de notre balade en famille.

02Les-Funambules1_Rue-du-Petit-Chêne_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

03Comète_Portes-Saint-François_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

02Les-Funambules2_Rue-du-Petit-Chêne_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Aux Portes Saint-François, on se trouve face à la Comète. La lumière bouge dans les tubes et change de couleur. C’est beaucoup plus joli en vrai que sur ma photo. En arrière-plan, le clocher de l’Eglise Saint-François.

03Comète_Portes-Saint-François_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Sous le Grand-Pont, on trouve les 5R, on s’est servi de l’enfilade d’arches pour créer des R très arrondis.

04Les-5R_Arches-du-Grand-Pont_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Ensuite, on remonte sur la Passerelle du Grand-Pont, et on trouve de ravissantes éoliennes illuminées nommées Eolights. Sur la première photo, on dirait que la pale va faire tomber la cathédrale ! C’est dommage que la pale du haut soit au ras du cadre de l’image. Sur la dernière, toute ma petite famille (sauf Eglantine, en vacances en Bretagne) prend la pose.

05Eolights3_Passerelle-du-Grand-Pont_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

05Eolights2_Passerelle-du-Grand-Pont_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

05Eolights1_Passerelle-du-Grand-Pont_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Sur cette même passerelle, on trouve des bancs illuminés dont les couleurs sont changeantes. Certaines des filles se sont assises, d’autres n’ont pas osé !!! Cette animation lumineuse est appelée PHAS « Please have a sit »

PHAS_Passerelle-du-Grand-Pont_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Depuis la passerelle, on peut admirer en contrebas Skyfall sur le toit de la station de métro. A l’arrière, on aperçoit les Lanternes du Flon. J’ai pris la photo depuis le Grand-Pont, à la toute fin de notre balade, mais je vous les présente dans l’ordre du parcours.

06Skyfall_Sortie-Métro-Flon_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Sur la passerelle toujours, on peut voir Sodium Sun. C’est l’animation que j’ai le moins aimé de la balade ; je n’en ai guère vu l’intérêt…

07Sodium-Sun_Place-de-lEurope_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

En descendant de la Passerelle, nous sommes allés sur la Voie du Chariot, voir les Lanternes du Flon, l’illumination que j’ai préférée… et celle dont j’ai pris le plus de photos ! La première est prise de la Passerelle, les autres depuis la Voie du Chariot, pour un effet dessus-dessous. J’ai bien aimé le reflet de la lanterne sur la petite fontaine.

Les-lanternes-du-Flon4_Voie-du-Chariot_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

 Les-lanternes-du-Flon1_Voie-du-Chariot_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

 Les-lanternes-du-Flon2_Voie-du-Chariot_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Les-lanternes-du-Flon3_Voie-du-Chariot_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Ensuite, nous voilà Au passage des Anges, avec de jolis abats-jours décorés par des enfants, dans le cadre des travaux manuels de leur école.

08Au-Passage-des-Anges_Terrasse-Jean-Monnet_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Pour continuer, rue Saint-Laurent, nous sommes entrés dans les Nuages, après avoir vu la belle étoile qui occupait tout le ciel.

 Illuminations_Rue-Saint-Laurent_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

09Entrez-dans-les-nuages_Rue-Saint-Laurent_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Nous voilà place de la Riponne, pour admirer les illuminations des Services industriels de Lausanne, qui sont projetées sur le palais de Rumine. Malheureusement, mes photos sont presque toutes floues, je ne sais pas pourquoi… Voici les moins pires…

Illuminations-SiL2_Palais-de-Rumine_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Illuminations-SiL1_Palais-de-Rumine_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

En redescendant sur la place de la Palud, nous avons vu un immense sapin de Noël, et l’Orage magnétique. Cette animation m’a mise très mal à l’aise, ces corps flottant en hauteur ne m’ont pas plu !

 10Orage-magnétique2_Place-de-la-Palud_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

10Orage-magnétique_Place-de-la-Palud_Festival-Lausanne-lumières_Bourgeon-créatif

Nous n’avons pas trouvé l’illumination Faces, je n’ai pas réussi de photo de Poleen, et nous savions que nous n’irions pas jusqu’à Beaulieu pour voir Urban Zoo.

Nous nous sommes donc arrêtés là : le froid, l’envie de rentrer à la maison et le train qui allait arriver… Nous avons encore fait une halte place Saint-François pour admirer une danseuse de rue que je vous ai déjà montrée.

C’était vraiment une chouette promenade dans Lausanne.

Voili, voilà, vivement l’année prochaine !