Mauvaise habitude

Eh bien, des mauvaises habitudes, j'en ai plein... et ce n'est pas forcément facile à prendre en photo, donc j'ai beaucoup cogité cette semaine pour savoir que choisir et comment le photographier.

Et lundi dernier, j'ai fait de l'ordre dans ma chambre (on ne rigole pas dans les rangs... je suis aussi désordonnée que mes enfants, et vice-versa). Et là, je me suis prise en flagrant délit de mauvaise habitude, une habitude que mon mari déteste (et je le comprends...)

J'ai la TRES mauvaise habitude de ranger ma chambre en mettant tout sur le lit. ça me permet de tout nettoyer, et ensuite, quand tout est propre, je remets les choses à leur place, après avoir bien dépoussiéré sous le lit...

Mais souvent, je suis bien fatiguée de cette grande entreprise... et bien sûr, je ne peux pas me coucher pour me reposer, puisque tout est sur le lit...

Bourgeon créatif semaine 21 les bottes rouges mauvaise habitude

Et j'ai demandé, rien que pour vous, à Cyrill de me prendre en photo en train de prendre ma photo!

Bourgeon créatif semaine 21 les bottes rouges mauvaise habitude2

J'ai d'autres mauvaises habitudes, mais je ne les partagerai pas avec vous!

Voili, voilà.

Appel à DT

Un petit message nocturne pour partager avec vous une découverte que j'ai faite la nuit dernière sur la toile:

Appel à DT

Le Scrap-Café est à la recherche de macarons !

Le Scrap-Café est à la recherche de plusieurs créatives. Si vous êtes pleine d’idées et motivée. Si vous aimez partager votre passion et que vous souhaitez rejoindre une équipe sympa, alors cet appel est pour vous!

Votre mission en tant que membre de la DT serait de :

-          Promouvoir la boutique en insérant le logo et le lien du Scrap-Café sur votre blog et les réseaux sociaux

-          Publier au moins 2 cartes, 2 pages et 1 réalisation tous les 2 mois avec le kit du mois du Scrap-Café sur votre blog, page FB… et sur le blog du Scrap-Café en mentionnant le matériel utilisé et en mettant un lien qui redirige sur le site de la boutique.

-          réaliser des fiches techniques/tutos (à raison d’une tous les 4 ou 5 mois environ)

-          proposer des challenges sur le blog (environ 1 tous les 4 à 5 mois) et délibérer

-          participer à la vie de l’équipe. Chacun, chacune à une vie en dehors du Scrap, c’est pourquoi on ne vous demande pas d’être disponible 24h/24 et 7/7 jours, mais si vous nous rejoignez, sachez qu’on est une équipe avant tout et qu’on aime discuter, échanger. 

Pour participer, il vous faudra : 

  • Ne pas faire partie d’une autre DT de magasin de scrapbooking.
  • Que les réalisations que vous nous proposerez soient inédites, de votre propre création et nous vous demandons de ne pas les proposez à d’autres magasins. Par contre, vous serez libres de les publier sur d’autres forums ou blogs n’appartenant pas à des magasins… en citant le nom du Scrap-Café et en mettant un lien.
  • Avoir un blog actif et/ou être présent sur les réseaux sociaux.
  • Partager ce message dans son intégralité sur votre blog et page facebook (avec un lien vers le blog de la boutique). Envoyez-moi le lien de votre partage. 
  • Envoyer les photos d’une page et d’une carte que vous avez réalisées pour l’occasion et d’un mini ou projet home déco qui peuvent être plus anciens. Pensez à renommer vos photos à votre nom ou pseudo.
  • 1 petite présentation de vous-même, de vos débuts, de votre style, de vos produits de prédilection, des forums que vous fréquentez et du pourquoi vous souhaitez intégrer notre équipe ainsi que l’adresse de votre blog, pinterest, page facebook….

Délai de réception des dossiers : le 24 mai 2015 à minuit.

Les candidatures sont à envoyer à l’adresse info@scrap-cafe.ch en précisant « Appel à DT » dans la partie objet de votre mail.

Les résultats seront communiqués entre le 14 et le 20 juin 2015

Nous accuserons réception de chaque participation, alors si vous n’en recevez pas, n’hésitez pas à nous recontacter. Nous restons à votre disposition pour toute question à l’adresse info@scrap-cafe.ch

Nous nous réjouissons de découvrir vos créations !

A bientôt.

Nadia et toute l’équipe du Scrap-Café

Oui, oui, j'ai bien vu que le délai était passé, mais qui ne tente rien n'a rien...

Pour cet appel, j'ai proposé une page sur Séraphine (merci Ana-Maria pour les fleurs), avec une photo travaillée sous GIMP et un cadre conçu avec mon logiciel... de traitement de textes!!!

Bourgeon créatif_Page

J'ai proposé aussi une boîte qui contient des cartes pour chaque saison (tampons Toga):

Bourgeon créatif_Cartes des 4 saisons1

Bourgeon créatif_Cartes des 4 saisons2

Bourgeon créatif_Cartes des 4 saisons3

Enfin, j'ai réalisé un petit cadre, avec du papier Hot of the Press donné par Isabelle il y a des années (peut-être 8 ou 9 ans que cette feuille m'a suivie dans mes déménagements!). La base est l'emballage d'une plaque de chocolat russe que j'avais gardé précieusement.

Bourgeon créatif_Cadre au chocolat

Voili, voilà, j'espère avoir la chance d'intégrer l'équipe des macarons, bien que je me fasse peu d'illusions.

Gül

Gül est nigériane. Elle doit son prénom à son arrière-grand-mère, qui, elle, était turque. On n'a jamais très bien su pourquoi ni comment elle était arrivée au Nigéria, mais enfin, elle s'y était mariée et avait eu 18 enfants.

Gül vient d'arriver en Suisse, amenée ici, avec ses parents, ses deux frères, sa sœur, un oncle veuf dont les enfants ont été tués sous ses yeux, une cousine enceinte, par un passeur. Ils ont donné tout ce qu'ils avaient pour venir, dans l'espoir de trouver ici un monde meilleur.
Un monde où l'on puisse dormir la nuit sans crainte d'être réveillé.
Un monde où son père serait à l'abri de la police et de ses tortures indicibles.
Un monde où elle pourrait jouer dans la rue sans risque de se faire violer.
Un monde où elle aurait le droit d'apprendre à lire et à écrire, même en étant une fille.
Un monde plus humain que celui qu'elle a connu jusqu'à ce jour.

Il fait froid. Il fait nuit. La famille a été déposée à Vallorbe. Les enfants sont fatigués. Du haut de ses 4 ans, Gül pleurniche. Le voyage n'en finit pas. Ils errent dans ce village de montagne, où tout le monde est paisiblement endormi. Ils cherchent le centre d'enregistrement et de procédure, première étape de leur longue intégration en Suisse. Ils sont seuls au monde et ils écoutent le silence, qui paraît presque irréel. De temps en temps, on entend un train, et puis plus rien. Une heure sonne au clocher. L'oncle se demande si vraiment, ils sont dans le bon village.

Une femme apparaît. Elle est jeune, elle court. Quand elle les voit, elle s'arrête. Les enfants ont peur. Est-elle de la police? Va-t-elle leur créer des ennuis? Ou les insulter, comme ce vieux monsieur en Espagne alors que tout le monde dormait sur les bancs dans un parc? D'un pas décidé, elle vient vers eux. Elle a l'air gentille, mais il faut rester sur ses gardes. Peut-être qu'elle va les voler? A cette pensée, la mère sourit: que pourrait-elle voler, alors qu'il ne leur reste rien! Peut-être qu'elle fait partie d'un réseau qui enlève les enfants? Gül sert plus fort la main de son père. Elle a peur et sent que les siens ressentent la même chose.

La jeune femme leur parle dans une langue incompréhensible. Mais la famille sent, à son ton, qu'elle ne leur fera pas de mal. La cousine, avec son fort accent, demande: "Vallorbe?". La jeune femme parle alors en anglais. Gül ne comprend que quelques mots, elle ne parle que l'Igbo, mais certains au village parlaient anglais; le chef, le maître d'école, son père, et d'autres encore, les hommes surtout. Le père explique qu'ils cherchent le centre. La jeune femme propose de les y conduire. Elle les guide dans les ruelles. Après quelques pas, elle demande les prénoms des enfants. Elle leur parle, leur souhaite la bienvenue. Elle propose de porter Gül, car elle sent la fillette à bout de forces. Elle la prend dans ses bras et Gül s'endort contre son épaule, bercée par le rythme de ses pas et le son de sa voix. La jeune femme s'enquiert de leur épopée.

Guidée, la famille avance rapidement. Il y a un petit chemin, et de la lumière dans une petite pièce attenante à un grand bâtiment. Un policier, ou un gardien, arrive, et explique que les procédures ne peuvent avoir lieu la nuit. Par contre, la famille peut dormir dans la petite pièce éclairée, en attendant le matin. Il apporte des couvertures.

La jeune femme dépose son précieux fardeau sur un banc. Elle l'embrasse sur le front, la borde. Elle souhaite bonne chance à la famille, puis elle disparaît dans la nuit, comme elle était venue, en courant.

Pour la famille, l'aventure suisse ne fait que commencer. Auront-ils le droit de vivre ici, de grandir en sécurité? Pour l'instant, nul ne le sait. Rentrée chez elle, la jeune femme prie. Elle sait qu'elle n'aura jamais de nouvelles de cette famille, mais de tout cœur, elle souhaite que son pays les accueille. Le lendemain, Gül se remémore ce visage qui n'a pas de nom. Dans son cœur, la jeune femme s'appellera "Nnwere", ce qui signifie Liberté.

Voili, voilà. Je fais partie de ceux qui espèrent toujours que notre pays sache ouvrir ses portes à ceux qui en ont besoin. Nous avons eu la chance de naître ici et maintenant, mais nous ne sommes ni plus méritants, ni plus honnêtes, ni plus gentils, ni plus dignes... juste plus chanceux... alors pourquoi refuser de partager cette chance avec d'autres?
Et me voilà bien triste qu'un de nos partis nationaux promette aujourd'hui de réduire de moitié l'immigration l'an prochain.

Balade matinale à la Pierrière

Une série de photos qui datent du mois de mars. J'étais sortie à l'aurore avec les filles réveillées pour laisser les autres dormir.

Nous sommes allées à quelques pas derrière la maison, dans un endroit que nous appelons la Pierrière (oui, je sais, on dit un pierrier... mais pierrière nous fait aussi penser à la clairière...) On n'y croise jamais personne, à se demander si d'autres gens connaissent ce lieu (manifestement, oui, si nous en jugeons par les déchets que nous y découvrons de temps à autre).

Nous avons eu la chance de voir des chamois. On ne les voit plus, maintenant, car ils sont remontés plus haut dans la montagne à la mi-avril. Chaque rencontre avec la faune sauvage a pour moi un parfum de magie, et les chamois, si agiles, qui nous regardent de leurs petits yeux curieux et qui n'ont pas peur, me touchent plus encore que les autres animaux. Je leur envie leur adresse qui leur permet de monter si haut sur des parois rocheuses abruptes.

Bourgeon créatif faune sauvage1

Nous avons aussi rencontré un renard, qui n'avait pas l'air effarouché non plus.Bourgeon créatif faune sauvage2

Alors que je faisais poser mes filles pour une photo, Séraphine a vu un chamois s'approcher de nous. Mais le temps que je refasse une mise au point, il s'était sauvé (peut-être effrayé par les "Viens chamois" hurlés par Sixtine!!)

Bourgeon créatif faune sauvage3

Une jolie mésange huppée qui cherchait un compagnon (une compagne?) pour la saison et qui nous a ravies de son chant.

Bourgeon créatif faune sauvage4

Et mes deux escaladeuses qui n'ont peur de rien...

Bourgeon créatif faune sauvage5

Voili, voilà.

En attendant

J'ai passé bien des années de ma vie enceinte, mais je n'en ai que très peu de photos... A vrai dire, j'ai simplement très peu de photos de moi, car je suis plus souvent derrière l'appareil que devant!

Cependant, j'ai trouvé celle-ci dans mon tiroir de vieilles photos. C'est en avril 2003, nous sommes à Rolle, la photo est prise sur mon balcon, et c'est Eglantine que j'attends...

Bourgeon créatif en attendant copitage secret Coffee Scrap collimage

 

Cette page répond au copitage secret d'avril (2015!!) sur le CoffeeScrap.

Voili, voilà.

Petit cadeau

Parce qu'on ne peut pas offrir tout le temps, à tout le monde, des gaminets, j'ai fait cette boîte avec Coraline pour offrir des boucles d'oreille à sa meilleure amie.

Bourgeon créatif petit cadeau boucles oreille

Une petite boîte tout simple trouvée sur BirdsCards et une carte que j'ai conçue pour entrer tout juste dedans.

Voili, voilà.

Dans ma voiture

C'est le thème choisi par Carole cette semaine. Et là, j'ai bien cru que j'allais devoir renoncer à ma publication hebdomadaire : je ne possède pas, ni mon mari non plus, de bestiole à quatre roues... bien que nous ayons le permis tous les deux. Trop de pollution, trop de frais, trop d'entretien, trop de consommations diverses et variées... bref, par souci économique autant qu'écologique, nous nous passons volontiers de véhicule.

N'allez pas croire pour autant que nous soyons plus sédentaires que des patelles !

Nous prenons le train, régulièrement, tous les deux, avec ou sans les enfants, ensemble ou séparés... Mais tiens, tiens, ne parle-t-on, en français, pas de voiture pour désigner les wagons ?? Bref, voilà, je tiens mon thème !

Alors, lundi soir, en voiture s'il vous plaît, direction Lausanne pour écouter un débat passionnant (enfin, moi, il m'a passionnée) animé par Luc Ferry, Pierre Gisel et Philippe Capelle-Dumont. Mais avant d'arriver au débat, j'ai voyagé un certain temps, et comme il n'y avait personne, je me suis déchaussée et j'ai étendu mes jambes devant moi. Dans ma voiture, donc, j'ai les doigts de pieds en éventail (quand il y a la place). Et là, en plus, je profitais du soleil et de la vue sur le lac.
Bourgeon créatif semaine 20 dans ma voiture2 les bottes rouges

Comme vous pouvez le voir, dans ma voiture, pas grand-monde ce soir-là !

Bourgeon créatif semaine 20 dans ma voiture3 les bottes rouges

En outre, le Père Noël (vous vous souvenez, le même qui ne m'a pas offert ce que je voulais en 2014!) a déposé dans mes souliers en 2013 la plus petite voiture du monde, elle tient dans mon porte-monnaie et, comme dirait une publicité célèbre, elle a tout d'une grande, puisqu'elle me permet de louer où je veux en Suisse une voiture, dont je peux choisir la taille entre la Smart (Sixtine adore) et le Ford S-Max (jamais loué encore celui-là...). Je me décide, je réserve la voiture par internet, je voyage en train, puis la voiture m'attend à la gare... Je m'en sers un moment et puis je la ramène sur son emplacement... et je paie la facture à la fin du mois. J'adore ce système; même et surtout parce que je ne m'en sers pas souvent.

Bourgeon créatif semaine 20 dans ma voiture les bottes rouges

Voili, voilà. Et vous, qu'est-ce qu'il y a dans votre voiture ?

 

Mathurin

Je m'appelle Mathurin.

Je vais, je viens, dans la maison, sur le balcon, dans le jardin.

J'adore les câlins, les papouilles et qu'on me fasse de grands sourires. Mais seulement quand j'en ai envie.

J'aime sauter dans les salades et attraper les lézards qui se prélassent sur la terre réchauffée par le soleil. Je leur croque la tête et je les dévore. C'est très savoureux. Vous devriez goûter.

Un autre de mes mets préférés, c'est le saumon fumé. Dès que j'en sens l'odeur en entrant dans la cuisine, je le recherche. Et je finis par le trouver, et je le dévore alors sans partager avec qui que ce soit.

J'aime aussi boire du lait dans une tasse. Avec du chocolat, c'est meilleur encore. Et j'ai de la chance, dans ma famille, il y a toujours une tasse de lait sur la table. Souvent, quelqu'un a oublié de la boire, ou bien est parti de la maison si vite que la tasse est restée là.

Et j'aime aussi boire l'eau des toilettes. Ne faites pas les dégoûtés. L'eau des toilettes, c'est de l'eau potable. Si, si, elle vient du même robinet que celle qui vous mettez soigneusement dans une jolie carafe sur la table. D'ailleurs, j'aime bien aussi boire l'eau dans la carafe. Mais ce n'est pas la peine de m'en servir, car alors, je ne la boirai pas.

Oui, je suis égoïste, capricieux, un peu caractériel... Normal, je suis Mathurin le chat de la famille. Et pour reprendre une citation de Rudyard Kipling, qui avait dû sacrément observer mes congénères, "Je suis le chat qui s'en va tout seul, et tous lieux se valent pour moi." J'ajouterai : du moment qu'il y a des tasses de lait, du saumon fumé et des lézards !

Voili, voilà, un petit chat sera-t-il accepté dans la cour de récré de Jill Bill ??